Rome : les plages

plage du poetto Cagliari

A travers cette nouvelle rubrique, je vous invite à découvrir les pensées et anecdotes de Carine, expatriée à Rome.

Rome : les plages

Bronzez “groupés” ! 

Les beaux jours arrivent et là, c’est l’agitation du vendredi après-midi ! Un Romain sur deux part en week-end (s’ils possède une maison au bord de la mer) ou part du matin au soir se dorer sur les plages proches de Rome, toutes équipées de « stabilimenti », plages privées avec matelas en rang d’oignon, parasols et bar de plage, sans oublier le mythique « bagnino », équivalent de notre maître nageur qui surveille la trempette des familles, plus attentif à la maman en maillot qu’à la petite tête blonde qui fait des châteaux de sable au bord de l’eau…

plage du poetto Cagliari

plage

Tous au même endroit, Fregene, Ostia ou plus loin, en Toscane, la côte de l’Argentario avec Santo Stefano ou Port Ercole. Les Romains aiment être en groupe, se retrouver avec les mêmes personnes, ils ont besoin de rester ‘groupés’. Par peur de s’ennuyer ? Par peur de louper les dernières frasques d’un tel ou d’une telle, de dire ‘je n’y étais pas’… Je ne sais pas vraiment mais c’est ainsi. Ils aiment être en troupeau.

Coups de soleil, retrouvailles avec les mêmes personnes donc, que l’on côtoie tous les jours à Rome, et surtout, minimum 4 heures de bouchons le dimanche soir pour parcourir 140 km maximum.

Les Romains aime se retrouver comme à la maison, ils restent groupés, doivent toujours être là où ils connaîtront quelqu’un. L’inconnu leur fait peur… Ou bien c’est la paresse de recommencer de nouvelles amitiés…

Autre particularité des plages italiennes, ces fameux « stabilimenti », plages équipées, les unes à côté des autres sur des kilomètres. Les deux matelas et parasol coûtent en moyenne 120 euros par jour et il faut ab-so-lu-ment réserver celui en bord de mer, il y a plus d’air mais il faut marcher davantage pour arriver au bar… Dilemme. Dès le mois de mars, donc, les Romains appellent leur plage préférée et réservent pour la saison entière ou pour les week-ends, afin de s’assurer l’emplacement idéal…
C’est ainsi que les vacances passées en famille sur la côte atlantique, en France ont toujours été très « étonnantes » pour mon mari car il ne comprenait pas comment les français pouvaient apprécier la plage sans le confort du matelas et du parasol installés par le plagiste… Genre « vacances de Mr Hulot » pour un Italien habitué aux plages méditerranéennes… Mais quel bonheur de lézarder au soleil, en contact avec le sable…

Pour les Romains, notre concept de la plage à nous équivaut aux « plages publiques » italiennes réservées aux philippins et personnel de maison… pas d’argent, pas de matelas.

 

Vous aimez l’article ? Commentez.

Pour visiter Rome, lisez la rubrique voyage et réservez vos excursions en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *