Prendre le taxi au Japon

Prendre le taxi au Japon

Habituellement, en vacances, nous nous déplaçons soit en métro, soit nous louons une voiture. Nous appelons rarement un Uber (sauf à Miami, où cela est abordable) ou un taxi. Cependant, lors de notre séjour à Kyoto, nous avons dû contacter un taxi. Je vous raconte toute cette aventure en fin d’article. 

Retrouvez dans ce billet, les grandes lignes pour savoir prendre un taxi au Japon, notre anecdote en taxi et des bonnes adresses à retenir.  

Comment prendre un taxi japonais ?  

1/ Vous pouvez appeler un taxi comme n’importe où dans le monde, en levant la main. 

Attention : Autour des gares, le chauffeur de taxi vous prendra qu’à l’emplacement réservé. Vous devrez vous rendre à la station de taxi, puis faire la queue en attendant son véhicule. 

Attention :  notez le nom du bâtiment ou donnez une carte de visite au chauffeur du lieu où vous souhaitez aller.   

2/ reconnaître le taxi disponible  

Généralement le véhicule a une plaque d’immatriculation verte et une enseigne lumineuse sur le toit (allumée la nuit si le taxi est libre).  De jour, à l’inverse de chez nous, un taxi libre (« 空車 » – kûsha) présente une petite enseigne rouge en bas à droite du pare-brise. Elle passe au vert (« 賃走 », chinsô, ou « 実車 », jussha) quand il est en course. 

Combien coûte un taxi ? 

Le prix varie selon les compagnies et les régions. À Tokyo, on voit souvent des forfaits incluant le premier kilomètre. Comptez également 20% de surcharge en horaires de nuit, généralement de 22h à 5h du matin. 

À noter que la plupart du temps, on paye seulement en argent liquide, les cartes bleues sont rarement compatibles avec les machines des chauffeurs de taxi.  

Pour estimer le prix de votre course, rendez-vous sur le site taxi auto fare  https://www.taxiautofare.com 

Quelles sont les applications pour commander un taxi ?  

– Japan Taxi 

Tinyurl.com/TOTjapan-taxi 

– Uber 

Les taxis Japonais : bon à savoir  

1/ les portes à fermeture automatique 

Le chauffeur ouvre et ferme les portières à l’aide d’une commande près de son volant. 

Notre anecdote en taxi  

Pour vous raconter cette aventure, je vais remonter un peu plus tôt dans notre journée. Ainsi, je pourrai aussi vous donner quelques bonnes adresses à retenir.  

Après nous être rendus à la montagne des singes, nous sommes allés manger quelques sushis 😉  

Le sushi bar Naritaya est une adresse à retenir.   
Budget : 5900 yens pour 2  

Ils sont très sympathiques et très accueillants. Le personnel vient vous dire au revoir jusqu’à la porte (les cuisiniers y compris) 

Rassasié, nous prenons la route, en métro, pour nous rendre à Katsura. Nous souhaitions visiter la villa impériale. Malheureusement, nous nous sommes retrouvés devant porte close. (Fermé le lundi).  

(La villa impériale de Katsura est un domaine constitué d’une villa, de jardins et de pavillons, réalisé entre 1616 et le milieu du XVIIᵉ siècle. Elle est située dans la banlieue ouest de Kyōto) 
 

En chemin inverse vers la station de métro, nous nous sommes arrêtés sur la route, dans un centre commercial. Pour une fois, je me suis dit et si on goûtait ici les sushis de supermarché ? Ils ont l’air appétissant… (Mauvaise idée).  

Gourmands, nous avons fait des courses pour 3000 yens de sushis et sashimi. Et nous revoilà, dans le métro avec nos courses. Une fois installés dedans, voilà que celui-ci ne démarre pas à l’heure, chose rarissime au Japon. Les explications arrivent dans le micro un long moment plus tard, mais en japonais. (Ça craint !)  

Tout le monde reste très calme et attend patiemment. Au vu du calme dans le métro, nous imaginons que c’est une histoire de quelques minutes.  

25 minutes plus tard, on comprend qu’il y a eu un accident sur la ligne.  On ne sait toujours pas quoi… (un suicide ? On n’a jamais su.) 

On se décide à partir du métro, mais je reste coincée, pas moyen de ressortir par les portiques de sécurité. Mon ticket a visiblement une durée de validité (190 yens sans voyager)  

J’ai finalement forcé le passage (pas bien !) au grand dam de la personne âgée qui me tirait par le bras, 30 secondes avant, pour m’indiquer où faire la queue pour s’informer où se faire rembourser. Après ce passage en force, personne ne me court après, ou me dit quoi que ce soit, ils ont déjà de quoi faire avec les autres personnes de notre ligne… 

Pour être honnête, je ne voulais pas faire une heure 30 de queue. Ayant perdu assez de temps cet après-midi-là, je voulais juste prendre le taxi. Et, je me doutais que je ne serai pas la seule à me rabattre sur cette solution de replis.  

Petite parenthèse, c’est la première fois que je rentre avec mon ticket de métro. Généralement la machine avale votre ticket en fin de parcours, si vous avez payé la somme exacte. (je vous invite à regarder la vidéo comment prendre le métro ) 

 
 
Pour en revenir à notre histoire, il n’y a pas de bus vers notre direction, donc nous prenons un taxi. Là, encore faut faire la queue 30 minutes avant que notre tour arrive.  Nous attendons à un point de rencontre de taxi.  

Une fois notre chauffeur de taxi arrivé, nous montons dedans, sans surprise, il ne parle pas un mot d’anglais (ni de français tant qu’à faire ! ). 

Cependant, durant la course, il tente de communiquer avec nous à plusieurs reprises, sûrement pour nous expliquer que nous sommes dans les bouchons…  

Bref, on ne comprend rien. Nous suivons tout de même sur Google Map notre trajet en vue de s’assurer que nous avions bien indiqué le lieu où il devait nous déposer.  

Nous avons pu constater qu’il avait choisi l’itinéraire le plus rapide.  

Le trajet a duré 30 minutes. Nos achats étant restés plus d’une heure à température ambiante, ils ont fini sans surprise à la poubelle. Outre le prix, je ne pourrai donc pas vous dire, si ça vaut le coup d’acheter des sushis au supermarché.  
 

Finalement, nous avons payé notre course 2670 yens (soit 22€). 

 
Pour finir, notre journée, nous sommes allés dîner au restaurant, des barbecues à faire soi-meme.  
 

Budget : 6760 yens (53€) 

Puis nous avons fini la soirée dans un bar de jazz.  

Bar cordon noir ( bar de jazz où on peut fumer le cigare) 

Comptez : 550 yens cover charge / personne + Whisky 1200 yens pour un Nika whisky 12 ans + un verre de vin blanc à 110 yens. Budget : 3190 yens pour les deux verres 

Pour conclure sur prendre un taxi au Japon, soyez sans crainte, les chauffeurs sont honnêtes et cherchent le trajet le plus rapide pour vous conduire à votre destination. Bonnes vacances au Japon !

Laisser un commentaire

neuf − 4 =

Fermer le menu